Hommages

Mustapha Darkaoui

Mustapha Darkaoui

Mustapha Darkaoui est né en 1944 à Oujda au Maroc, il fait des études au Conservatoire d’Art Dramatique de Casablanca puis étudie à l’École Supérieure Nationale de Cinéma, de Théâtre et de Télévision de Lodz, en Pologne. Il réalise plusieurs courts métrages pendant et après ses études et travaille aussi pour la télévision. Il participe au film collectif Les Cendres du clos / Ramâd al-zariba en 1979 et contribue, par la réalisation d’un épisode, au film collectif arabe La Guerre du Golfe...et après ? (1992). Il devient l’un des réalisateurs les plus créateurs du cinéma marocain des années 80 et 90.

Il a à son actif plusieurs longs métrages : De quelques événements sans signification / Anba’dh al-ahdâth biduni ma’nIa (1974), Les Beaux jours de Charazade / Ayyâm chahrazad alhilwâ( 1982), Titre provisoire /’Unwânun mu’aqqat (1984), Fiction première / Riwâya’ûlâ(1992), Je(u) au passé (1994), Les Sept portes de la nuit (1994), La Grande allégorie (1995), Les Amours de Hadj Mokhtar Soldi (2001), Casablanca by Night(2003), Casablanca Daylight (2004).

La 5ème édition du Festival du Court Métrage Marocain de Rabat rendra un vibrant hommage à ce géant du cinéma marocain, et ce, lors de la soirée d’ouverture prévue le Mardi 3 Novembre 2015 au Théâtre National Mohammed V à Rabat. 


Mohamed Mouftakir

Mohamed Mouftakir

Mohamed Mouftakir fait d’abord des études à l’Université de Casablanca en littérature anglaise avant de suivre des cours de réalisation et d’écriture du scénario, notamment en France. Il travaille ensuite pendant cinq ans en tant qu’assistant de réalisateurs aussi bien nationaux qu’internationaux. Après plusieurs stages, d’abord à la SENIS en France, puis en Allemagne où il vit pendant plusieurs années et enfin en Tunisie, Mohamed Mouftakir réalise «Chant funèbre», un court métrage primé un peu partout dont au Fespaco 2009 (Ouaga). Son premier long métrage, Pegase (2009) a remporté le Grand Prix du Festival de Tanger en 2010 ainsi que 4 autres prix (1er rôle féminin, Son, Image, Mention spéciale).

Fils du grand violoniste Houcine Mouftakir (dit Budra), Mohammed Mouftakir a réalisé un autre long métrage «L’orchestre des aveugles» (2015) qui a remporté, plusieurs prix, notamment, le Grand Prix de la 18e édition du Festival du cinéma africain de Khouribga (FCAK) et le grand prix « Wihr d’Or » à la 8ème édition du Festival international d’Oran du film arabe (FIOFA)…A travers ce film, Mohamed Mouftakir revient sur une partie de son enfance, questionnant son vécu et sa relation avec son père jusqu’à sa mort survenue alors qu’il avait 11 ans.

Mohamed Mouftakir est considéré comme l’un des grands espoirs du cinéma marocain, qui aborde les films d’une nouvelle vision cinématographique, laquelle conçoit la fiction d’abord dans sa qualité esthétique.

A cet effet, lors de la soirée de clôture du festival, prévue le 7 Novembre au Théâtre National Mohammed V, un vibrant hommage lui sera rendu pour son talent indéniablement reconnu.